TomTom Rider 420 : un bon compagnon pour voir du pays

Avant de nous pencher sur le TomTom Rider 420, analysons le contexte. Nous sommes en 2004 lorsque TomTom lance son 1er GPS. A l’époque cette technologie facilite la vie de millions d’automobilistes en leur permettant de se rendre facilement d’un point A à un point B. Le succès de ces appareils est tel que les ventes de cartes traditionnelles fondent comme neige au soleil. Désormais, ouvrir un guide Michelin sans passer pour un dinosaure est presque mission impossible.

Mais voilà, une révolution en remplace une autre et les smartphones ont pris une place de 1er ordre dans nos vies. De plus, tous les spécialistes de la navigation ont bien compris la nécessité d’être présents dans votre liste d’applications. Google Maps, Waze, Here Wego, sont autant d’acteurs proposant des services de navigation performants sans avoir à débourser un centime.

Le contexte étant nettement plus concurrentiel qu’à l’époque, n’est-il finalement pas trop tard pour TomTom? Est-ce que débourser une coquette somme pour acquérir un vrai GPS moto a encore du sens en 2018 ?

Un GPS conçu pour les spécificités du 2 roues

L’avantage principal de TomTom face à la concurrence est incontestablement son positionnement de concepteur matériel / logiciel. La maîtrise de la chaîne lui permet de contrôler l’intégralité de l’expérience utilisateur. C’est dans cette logique qu’a été pensé ce GPS qui répondra à la plupart des attentes des motards. Parmi les différentes fonctionnalités du Rider 420 on retiendra :

  • la compatibilité de l’écran tactile avec nos gants (capacitif multitouch)
  • l’étanchéité complète du GPS et du système de chargement (certification IPX7)
  • la planification d’itinéraires sinueux (en amont et à la volée)
  • la qualité irréprochable du système de fixation (fabriqué par RAM MOUNTS)
Le TomTom Rider 420 est 100% étanche et peut être utilisé avec des gants même en hiver.

Le TomTom Rider 420 est 100% étanche et peut être utilisé avec des gants même en hiver.

Prêt à rouler

Le TomTom Rider 420 est livré avec tous les accessoires nécessaires à son bon fonctionnement. Il ne manque que la carte micro-SD nécessaire à import d’itinéraires personnalisés. Vu le prix de ces cartes, TomTom auraient pu nous éviter un achat supplémentaire. Quoi qu’il en soit en déballant le Rider 420 vous y trouverez les éléments suivants :

  • le GPS TomTom Rider 420
  • le câble d’alimentation électrique
  • la base de chargement du GPS (dock)
  • le support de fixation pour guidons tubulaires RAM MOUNTS et divers adaptateurs
  • un mode d’emploi minimaliste, mais suffisant pour prendre en main votre nouveau GPS

Dans l’ensemble le pack est complet et permet une utilisation immédiate du GPS. Pensez à la housse de protection, indispensable pour éviter les rayures pendant le transport.

C'est un sans faute pour le support de fixation qui est facile à régler. Il supporte les vibrations sans sourciller.

C’est un sans faute pour le support de fixation qui est facile à régler. Il supporte les vibrations sans sourciller.

Installation et mise en service du Rider 420

Tout d’abord, vous devrez trouver le bon emplacement sur votre moto. Votre guidon doit disposer d’un espace libre pour y fixer le support RAM MOUNTS . La fixation de ce dernier est efficace et se fait par l’intermédiaire d’un crochet verrouillé par deux écrous. L’amplitude de réglage est large et les divers adaptateurs livrés le rendent compatible avec la majorité des guidons. En revanche, si vous roulez en hypersport il faudra passer par un adaptateur comme celui-ci. Par ailleurs, la base de chargement est orientable à 90° ce qui permet de basculer facilement entre affichage portait / paysage.

Avant de vous lancer dans la connexion du système électrique, allez faire un tour avec le GPS afin de vous assurer que l’emplacement du Rider 420 est adapté à votre position de conduite. Il n’est pas nécessaire d’être électrotechnicien pour réaliser le branchement de la base. En effet, le principe est simple : faites une soudure sur un circuit qui s’éteint avec la moto comme les feux de croisement. Enfin, les propriétaires de motos routières récentes pourront la plupart du temps utiliser le câble électrique dédié prévu par le constructeur.

Gps TomTom Rider 420

Portait ou paysage, la base inclinable à 90° vous laisse faire votre choix.

Boitier : élégant et robuste

Le boitier du Rider 420 respire la qualité et mélange différents matériaux (soft-touch, métal et plastique) avec une belle harmonie. Le format compact (136.8 x 88.4 x 30.5 mm) et le grip de la matière soft-touch permettent une bonne prise en main même avec des gants. Pratique pour éviter une chute malheureuse du GPS. L’écran occupe bonne partie de la surface avec une profondeur d’environ 2 mm qui permettra justement de le protéger en cas de choc.  Celle-ci a le mérite d’exister en revanche, pas sûr qu’elle soit suffisante pour éviter une casse d’écran. Si vous êtes maladroits, pensez à un film de protection en verre trempé comme celui-ci par exemple.

Concernant l’écran tactile il est réactif, y compris avec gants d’hiver. La sensibilité de la dalle est d’ailleurs réglable afin de l’adapter à l’épaisseur de vos gants. Pratique si vous comptez utiliser ce GPS en hiver avec des gants épais. Avec une diagonale de 4,3″ (soit 10,9 cm) l’écran offre un confort suffisant pour ce qu’on attend de lui : nous guider sur la route. Il ne rivalise évidemment pas avec un smartphone haut de gamme sur le plan de la qualité. Cependant, il supportera bien mieux une forte luminosité. Bien que le boitier n’intègre pas de visière pare-soleil, le traitement anti-reflet de la dalle est efficace, y compris lorsque le soleil est à son zénith.

TomTom Rider 420

Le design du Rider 420 est réussi, bien vu pour l’aspect soft-touch qui permet une bonne prise en main du GPS.

Interface : bien conçue mais perfectible

Depuis l’écran de navigation les raccourcis rapides sont trop petits pour être facilement exploitables en roulant. Je sais, ce n’est pas bien, mais certaines actions simples comme mettre la synthèse vocale en sourdine devrait pouvoir se faire sans avoir à s’arrêter. Un choix sans doute fait sciemment par TomTom afin de laisser davantage de place à la carte qui pour sa part s’avère parfaitement lisible. En mode paysages vous aurez un aperçu large des routes adjacentes : pratique pour anticiper les croisements ou découvrir des petites routes à virages. Basculez l’affichage en mode portrait et vous aurez davantage de visibilité sur la profondeur, c’est-à-dire sur la route sur laquelle vous êtes actuellement. Personnellement c’est le mode d’affichage que je préfère, car il permet d’anticiper facilement les virages pour ne jamais être pris au dépourvu.

Plusieurs options d’affichage sont paramétrables :

  • couleur de la carte (normale ou contraste élevé)
  • affichage de la distance restante et/ou du temps restant
  • affichage de la destination finale ou du prochain arrêt (roadbook)
  • choix entre un affichage 2D (plat, vue du dessus) et 3D  (plus immersif, vue projetée)

Le menu principal est quant à lui très fonctionnel avec de gros boutons permettant d’accéder à l’ensemble des fonctionnalités : rechercher un itinéraire, prend un parcours à sensation, gérer vos parcours, accéder au téléphone … Il est possible d’organiser l’affichage des icônes en fonction de vos préférences et surprise la couleur du thème est personnalisable. L’interface est claire et lisible, il suffit de naviguer de droite à gauche pour accéder à la fonctionnalité recherchée.

TomTom Rider 420

Pour atteindre les boutons depuis l’écran de navigation il va falloir bien viser …

Algorithme de routes sinueuses : rencontre avec les petites routes

La fonction « parcours à sensations » est une véritable réussite. Il vous suffit de saisir une destination, d’activer l’option « parcours sinueux » et de vous laisser guider par le Rider 420 qui vous fera découvrir du pays ! Il est possible de régler le niveau de sinuosité, ainsi que le dénivelé, indépendamment et sur 3 niveaux. Ces ajustements sont intéressants, notamment pour planifier un retour plus cool que l’aller. Globalement les routes suggérées sont propres et toutes praticables. En revanche, si vous habitez dans une région où l’agriculture est bien développée, vous finirez nécessairement par tomber sur des routes à vaches.

Personnellement je trouve agréable de se laisser guider sans se poser de question. J’ai beau bien connaitre les routes de ma région, en utilisant la fonction routes sinueuses j’en découvre toujours de nouvelles. TomTom n’est pas le seul à proposer cette fonction, l’application CaliMoto fait par exemple bien le job. Pour avoir comparé les deux, je trouve algorithme de TomTom plus convaincant.

TomTom Rider 420

La création d’un itinéraire à sensations avec le Rider 420 est un jeu d’enfant et la promesse est tenue.

Planification de roadbook : plusieurs possibilités

TomTom a eu la bonne idée de livrer avec son GPS une licence Tyre Pro un logiciel de cartographie permettant de créer facilement des roadbook au format GPX.  Réaliser un itinéraire avec Tyre Pro n’est pas compliqué en soit, mais le logiciel nécessite un temps d’adaptation. Ce dernier dispose de nombreuses options et possibilités, ce pourquoi la phase de prise en main peut s’avérer un peu laborieuse. De plus, l’interface datant de Windows XP n’aide pas.

Pour ceux que Tyre Pro rebuterait, vous pouvez également planifier et importer des itinéraires via TomTom MyDrive. Il s’agit d’une solution Cloud permettant d’envoyer vos roadbook  vers le Rider 420. Les possibilités sont moins nombreuses, mais la facilité de prise en main et la synchronisation automatique des itinéraires vers le Rider 420 sont des sacrés avantages.

Pour en savoir plus sur la création d’itinéraire : le guide complet Motard Malin.

Le Rider 420 : un GPS connecté aux nombreuses options

Connexion à un smartphone

Le Rider 420 se connectera en bluetooth à votre smartphone préféré. Ainsi le GPS vous permet de gérer vos appels et vos contacts sans avoir à toucher au smartphone. En activant le partage de connexion internet par Bluetooth, le Rider 420 sera aussi en mesure de recevoir des informations sur le trafic en direct. Au cas où vous poseriez la question, il n’est pas nécessaire d’avoir un forfait 50 Go car les données ne pèsent que quelques Ko. En revanche, je regrette que TomTom n’ai pas intégré une fonction « médias » sur son GPS. C’est-à-dire qu’une fois le smartphone connecté, il vous sera impossible d’écouter de la musique en roulant.

Enregistrement d’un parcours

Voilà une fonctionnalité toute simple et pourtant très intéressante. Le Rider 420 permet d’enregistrer un itinéraire en direct afin de l’exporter dans un fichier GPX. En somme, il vous suffit de suivre le mouvement dans une balade et de récupérer l’intégralité du trajet emprunté de retour à la maison. Ainsi et si vous avez envie de vous refaire la route en amoureux (ou en solo !), il ne sera pas nécessaire de convier tous vos compagnons de balade.

Mise à jour et zones de danger

Vous vous souvenez de l’époque où il fallait racheter une carte à prix d’or tous les ans ? Et bien c’est terminé. Ce choix n’est pas altruiste, car si mettre la main au portefeuille pour un GPS n’est pas une évidence, je vous laisse imaginer pour des cartes … Quoi qu’il en soit, le Rider 420 bénéficie de mises à jour à vie aussi bien pour la cartographie que pour les zones de danger. Concernant ces dernières, la majorité des radars fixes y figurent. En revanche, si vous tirez la poignée à tout-va, mieux vaut compléter avec Waze ou Coyote pour assurer le coup.

Un GPS efficace pour découvrir de nouveaux horizons

Grâce à une conception réellement prévue pour un usage à moto TomTom parvient à tirer son épingle du jeu en proposant un compagnon de route sympathique qui vous facilitera la vie.  Le Rider 420 allie deux qualités essentielles d’un GPS moto : du matériel qui fonctionne bien et la gestion de roadbook. Si vous aimez sortir des grands axes et que vous n’avez pas 2 heures devant vous pour planifier un itinéraire, la fonctionnalité routes sinueuses justifie presque à elle seule l’acquisition d’un Rider 420.

Quant à la question posée au début de ce test : est ce qu’acheter un GPS moto en 2018 a toujours du sens ? Tout dépend de votre budget, car si l’acquisition du Rider 420 est dans vos cordes vous apprécierez de l’utiliser au quotidien et il deviendra très vite indispensable dans toutes vos balades. Dans le cas contraire, un support pour smartphone sans offrir le même confort sera une solution de substitution plus abordable.

J’ai aimé …

  • le système de navigation clair et précis
  • la lisibilité de l’écran même en plein soleil
  • la fonction parcours sinueux très efficace
  • le confort d’utilisation et la qualité du support
  • A améliorer …

  • la modification d’un roadbook à la volée
  • l’absence de micro-SD et de housse de protection
  • la boutons trop petits depuis l’écran de navigation
  • le processeur trop léger et les ralentissements
  •  

    Prix : environ 300€
    Disponibilité : immédiate

    Et vous, plutôt GPS, Smartphone ou carte Michelin ?
    Vous possédez un Rider 420 ? Partagez votre avis à la communauté !

    Summary
    Review Date
    Reviewed Item
    TomTom Rider 420
    Author Rating
    41star1star1star1stargray

    Related

    JOIN THE DISCUSSION